manger-en-famille

4 trucs à découvrir pour aider les familles à manger ensemble : le projet de la Fondation OLO

Tatiana Polevoy

Manger ensemble : deux si petits mots qui peuvent faire une si grande différence dans la vie des familles! Ces mots, Guylaine Guy, la directrice de la Mèreveille, un centre de ressources périnatales, en saisit bien l’importance.

En se joignant au projet-pilote 1000 jours pour savourer la vie, elle et son organisme aident les familles à manger mieux et surtout, à manger ensemble.

Familles

1. Des repas en famille

La Mèreveille a toujours eu à cœur de développer l’idée de manger en famille. Elle préconisait cette approche autant dans son aide à la population que dans ses ateliers de cuisine collective.

« On se fait souvent dire : “mon bébé ne mange pas”. Ce qu’on propose aux gens, c’est d’essayer de manger en même temps que les enfants. Ce n’est pas toujours comme ça que ça se passe dans les familles. Manger ensemble, ça rend le moment agréable et surtout plus facile pour les parents », explique Guylaine Guy.

familles

2. Des outils pour aider les familles

Le projet-pilote « 1000 jours pour savourer la vie », c’est un ensemble d’outils qui peuvent être distribués directement à la population : des coupons de la Fondation OLO, des idées de menus, des listes d’épicerie, des brochures de recettes.

L’idée : aider les familles en contexte de précarité économique à adopter une saine alimentation, autant durant la grossesse de la mère que durant les premières années de vie de l’enfant. Les 1000 jours se déclinent ainsi : 270 de grossesse (environ!), 365 jours pour la première année de vie de l’enfant et 365 jours pour la deuxième année de vie de l’enfant.

Le projet est lancé par la Fondation OLO avec l’appui financier d’Avenir d’enfants et de Québec en Forme.

familles

3. Des recettes simples

Déjà, depuis plusieurs années, à la Mèreveille, on vise une approche privilégiant une saine alimentation pour les familles vulnérables. Toutefois, les outils et formations offerts à la maison de la famille ont permis aux familles de cuisiner des recettes simples et savoureuses tout en étant à faible coût.

« “1000 jours pour savourer la vie”, ça renforce nos messages », soutient Guylaine Guy. Elle explique comment elle doit contribuer à adapter les outils qu’elle reçoit à la population couverte par son organisme dans la MRC d’Antoine-Labelle.

« Ici, ce ne sont pas tous les parents qui ont accès à Internet. Va falloir, par exemple, leur donner des photocopies des recettes. Il faut aussi penser aux goûts des gens. Par exemple, pour tout ce qui concerne les légumineuses, on doit faire des dégustations pour convaincre que c’est bon! On y va graduellement. Enfin, il y a les particularités de notre territoire : il est très grand et la clientèle est diversifiée. Il y a peu de grandes épiceries dans la MRC et ça prend une voiture pour s’y rendre. »

familles

4. Une vision à long terme pour les familles

Mme Guy souligne l’optimisme engendré par les nouveaux outils amenés par le projet. Dans une vision à long terme, les intervenants vont pouvoir encore mieux aider les familles dans le besoin.

Au Québec, on estime qu’une famille sur 5 vit sous le seuil de la pauvreté. C’est dire à quel point cette clientèle a besoin d’accompagnement. Heureusement, elles peuvent compter sur des projets comme « 1000 jours pour savourer la vie », des organismes comme la Mèreveille et des personnes comme Guylaine Guy.

, , , , , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire