ca-va-chauffer-06_juillet_2016

Ateliers de cuisine dans les maisons de jeunes : Ça va chauffer!

Catherine Perreault-Lessard

Pas de doutes, les cours de cuisine ont la cote au Québec. Et ça ne fait pas exception dans la MRC Robert-Cliche, où l’on organise, depuis deux ans, des ateliers de cuisine pour ados dans les Maisons des jeunes. Oui, chef!

Mardi, 18 h 30. Maison des jeunes de St-Victor. C’est le dernier cours de la saison pour les participants du populaire atelier de cuisine ACT (ACT, comme dans « Action! » mais aussi comme dans « Actif, critique et très responsable », la mission des Maisons des jeunes). Et ils ne manqueraient pas ça pour tout l’or du monde!

Pour clore la session, les animateurs de la Maison des jeunes ont organisé une compétition amicale inspirée de la populaire émission de télé Ça va chauffer. Ce soir, les jeunes préparent un repas de A à Z… sans l’aide d’un adulte. Leur « chef-d’œuvre » est ensuite évalué par un panel de juges : en l’occurrence, les animatrices de la Maison des jeunes qui leur ont enseigné la cuisine durant l’année.

Le prix en jeu? Un souper en resto!

ateliers de cuisine

4 maisons de jeunes et 1 école secondaire

Voilà plus de deux ans que la Maison des Jeunes de la MRC Robert-Cliche offre les ateliers de cuisine pour ados-ACT dans quatre maisons des jeunes et une école secondaire de la région. Un projet formidable soutenu par Bouge de là, un regroupement local de partenaires de Québec en Forme, ainsi que les écoles et les municipalités de la MRC qui fournissent les locaux et participent à la promotion.

Désirant sensibiliser les ados aux saines habitudes alimentaires, le regroupement a d’abord mis en place un projet-pilote en 2008: des ateliers de cuisine offerts ici et là dans la MRC. Mais, dès le départ, la réponse a été bien au-delà de leurs espérances. De toute évidence, il devait faire plus pour répondre à la demande.

ateliers de cuisine

8 ateliers culinaires pour les 12-17 ans

Entourée de son équipe, la directrice de la Maison des Jeunes de la MRC Robert-Cliche, Véronique Gilbert, a alors mis en place une série de huit ateliers culinaires pour les 12-17 ans de la région (tous les animateurs ont reçu une formation spéciale). Chaque cours, d’une durée de deux heures, s’ouvre avec une petite leçon de nutrition de cinq minutes suivie d’un atelier lors duquel les jeunes préparent une recette pratique comme une omelette, des muffins, une salade ou même du tofu Général Tao!

En plus d’apprendre à lire une recette, les ados découvrent les techniques et les termes culinaires, ainsi que les règles d’hygiène et de sécurité. Mais, surtout, on leur enseigne le plaisir de goûter de nouveaux aliments et de manger ensemble à table dans une ambiance conviviale permettant les échanges (tout en suivant les règles de bienséance…)

Ces ateliers sont si populaires que la Maison des Jeunes offre maintenant trois niveaux de cours (au niveau 3, on leur apprend même à faire de la meringue!). « Certains ados viennent parce qu’ils ont besoin d’outils pour partir en appartement, alors qu’autres sont simplement là pour apprendre à se débrouiller, souligne Véronique Gilbert. Quand ils commencent à garder des enfants, par exemple, ça leur donne des bases pour préparer un plat simple. »

ateliers de cuisine

Une offre alimentaire bonifiée

En plus de donner ses ateliers, la Maison des Jeunes a aussi adopté une foule d’autres changements pour aider les jeunes à adopter de saines habitudes alimentaires. Désormais, exit les chips, les chocolats et les liqueurs au casse-croûte. On y sert maintenant des yogourts et des fruits, ainsi que des collations cuisinées par les participants des ateliers de cuisine.

L’offre alimentaire lors des événements organisés par la Maison des Jeunes a également été bonifiée. Plus question de servir de la poutine et de la pizza. On propose plutôt des options santé!

ateliers de cuisine

Parce qu’on part de loin

À l’heure où il n’y a plus de cours d’économie familiale dans les écoles secondaires, les ateliers de cuisine ACT font toute une différence dans la vie des jeunes de la MRC.

« Au début de la session, certains participants prennent 30 minutes pour peler cinq carottes, illustre l’animatrice Annie Champagne. À la fin, ils sont beaucoup plus rapides et beaucoup plus habiles. »

Bon an mal an, ceux-ci son toujours extrêmement fiers de ramener à la maison un plat rempli du mets qu’ils ont préparé, après le cours. « Ça les valorise énormément, surtout lorsqu’ils croyaient qu’ils n’étaient pas capables de le préparer », ajoute Véronique Gilbert.

Mais, selon Annie Champagne, ce n’est rien à comparer du bonheur de leurs parents : « Ils n’en reviennent pas que leur ado soit capable de faire quelques repas simples… seul. Parfois, ils arrivent du travail et leur jeune a déjà commencé à faire le souper. Ils sont tellement heureux! »

 


Québec en Forme souligne 10 ans de partenariat entre le Gouvernement du Québec et la Fondation Lucie et André Chagnon en publiant une série de textes inspirants de gens ayant fait un changement au Québec.


 

, , , , , , , , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire