mentor-actif_03

« Mentors actifs, jeunes actifs » : quand les ados deviennent des modèles positifs pour les plus jeunes

Tatiana Polevoy

Vous souvenez-vous du regard que vous portiez sur les adolescents quand vous étiez enfant? Cette admiration dans les yeux des petits, Mélanie Gagné, directrice de la CAJA (Coopérative Action Jeunesse de L’Assomption) et coordonnatrice du projet « Mentors actifs, jeunes actifs », la voit tous les jours. Grâce à elle, des dizaines d’ados animent chaque année des ateliers parascolaires auprès d’élèves du primaire.

Depuis 2012, au début de chaque année scolaire, des étudiants de troisième, quatrième et cinquième secondaires des écoles L’Amitié et Paul-Arsenau de L’Assomption posent leur candidature pour participer au programme de mentorat. Après un processus de sélection, les jeunes reçoivent des formations dans des domaines variés : entrepreneuriat, leadership, gestion de portefeuille, activités sportives, nutrition, service à la clientèle, gestion de groupe, savoir-être…

En parallèle, ces mentors, jumelés en équipe de deux, animent chaque semaine des ateliers auprès d’élèves du primaire. Trois cent cinquante d’entre eux se sont inscrits cette année : un vrai succès, estime Mélanie Gagné. Les cours les plus populaires? Danse, soccer, hockey cossom, impro.

mentors actifs

Pour se préparer à la « vraie » vie

En échange de leur travail, les mentors gagnent un peu d’argent, car ils sont payés, mais ils repartent surtout avec une expérience de vie formidable qui les prépare à la « vraie » vie! « On est un tremplin d’employabilité, on fait vivre aux jeunes toutes les étapes qui mènent à l’obtention d’un travail. De plus, il y a un lien avec la persévérance scolaire », note Mélanie Gagné.

La responsable régionale de Québec en Forme pour Lanaudière, Karine Fréchette, abonde dans le même sens : « Former des leaders, ça a évidemment des retombées positives sur les jeunes, mais aussi sur les communautés en général. C’est pour ça que Québec en Forme a soutenu financièrement cette initiative. Maintenant, je souhaite que d’autres écoles embarquent! »

mentors actifs

Des mentors qui gagnent en confiance

Pour Mélanie Gagné, la plus belle réussite est de voir les liens se développer entre les jeunes. « Quand les mentors s’aperçoivent qu’ils sont des modèles, ils gagnent en confiance. »

C’est exactement ce qu’a vécu Karelle Massy, maintenant étudiante au Cégep. Elle se souvient de sa participation au programme « Mentors actifs, jeunes actifs », comme d’une expérience marquante. Étudiante malentendante, elle porte des appareils auditifs. La transition entre son primaire, qu’elle a fait dans une classe d’élèves sourds, et son secondaire, dans une classe régulière, a été ardue pour elle. Il me manquait un coup de pouce pour pouvoir atteindre un objectif personnel : sortir de ma coquille pour mieux communiquer. Le programme « Mentors actifs » a été la solution. Je suis devenue une leader. Ça m’a permis de persévérer à l’école malgré les difficultés que j’ai rencontrées dans mon parcours. »

 


Québec en Forme souligne 10 ans de partenariat entre le Gouvernement du Québec et la Fondation Lucie et André Chagnon en publiant une série de textes inspirants de gens ayant fait un changement au Québec.


 

, , , , , , , , , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire