QEF-im_parc-630x251

5 raisons de participer à une table régionale pour que les citoyens mangent mieux et bougent plus

Hélène Potvin

À mon arrivée en 2007, je m’interrogeais sur la place des partenaires du palier régional dans la stratégie de Québec en Forme. Ayant travaillé pendant une quinzaine d’années pour un organisme qui oeuvrait à ce niveau, j’ai été témoin des leviers que peuvent apporter les organisations régionales.

Les organismes régionaux ont une connaissance des enjeux de leur territoire, régulièrement interpellés pour participer à des réflexions ou actions régionales, ils croisent une variété d’acteurs. Ils s’adaptent afin de mieux desservir leur clientèle. Oeuvrant et collaborant avec d’autres, mais parfois agissant aussi en silo. Dans ce cas, une solution : la participation à des tables intersectorielles régionales.

C’est quoi une table intersectorielle régionale (TIR)?

C’est donc avec intérêt que j’ai observé la mise en place des tables intersectorielles régionales sur les saines habitudes de vie, communément appelé les TIR-SHV, puis de voir les effets du levier financier qu’a apporté Québec en Forme. La TIR réunit les acteurs régionaux qui peuvent agir pour faire en sorte que les citoyens, notamment les jeunes, bougent plus et mangent mieux. Ensemble, ils travaillent à faire en sorte que le choix santé soit le plus facile à faire!

J’entends certains faire l’équation suivante : table de partenaires = comité = réunionite =  zéro efficacité… Détrompez-vous! Au contraire!

5 raisons de se concerter et des exemples de changements concrets

1.  Prendre un engagement commun

Je pense à la région outaouaise où les partenaires des milieux municipal et scolaire se sont unis, ont décidé de « se mouiller » et de formaliser publiquement leurs intentions. Le résultat? Trois commissions scolaires, 24 municipalités et une MRC regroupant 18 autres municipalités ont pris l’engagement et mettent en place des environnements favorables aux saines habitudes de vie.

QEF-im_enfantsecole-630x251

2.  Donner accès à des outils et à des formations

Je pense à l’Estrie où les partenaires constatent un besoin et décident de résoudre ce problème. Les résultats? Accès maintenant à des formations et de l’outillage permettant à des centaines de personnes de tout milieu d’agir en SHV dans tous les coins de cette région.

3.  Impliquer les jeunes de la région et innover

Je pense à la Capitale-Nationale où les partenaires ont choisi de sortir des sentiers battus pour que se fassent et demeurent des changements. Les résultats? Un projet qui fait participer directement les jeunes à la transformation de leur environnement scolaire afin de le rendre plus favorable aux saines habitudes de vie et un autre abordant la modification de l’offre alimentaire dans quelques dépanneurs.

4.  Unir ses forces pour résoudre une même problématique

Je pense à l’Abitibi-Témiscamingue où les partenaires se sentent interpellés par l’inactivité des filles. Le résultat? Maintenant, chacun à leur façon, fait en sorte que les filles bougent plus.

QEF-im_adoaction-630x251

5.  Former les intervenants du réseau

Je pense au Bas-St-Laurent où les partenaires souhaitent aider les CPE et les garderies scolaires dans leur volonté de favoriser le développement de saines habitudes alimentaires. Les résultats? De la formation et du soutien adaptés à leur réalité pour améliorer l’offre alimentaire.

Le-point-printemps2015Ne pouvant mentionner tout ce qui se fait, mais surtout dans ma volonté de faire un plaidoyer en faveur du maintien et de la poursuite des travaux des partenaires qui oeuvrent dans chacune des régions du Québec en faveur des saines habitudes de vie autour de ces tables intersectorielles, je vous invite à jeter un coup d’oeil sur l’article publié par Québec en Forme dans la revue Le Point en administration de la santé et des services sociaux ce printemps en cliquant ici.

Hélène Potvin
Directrice adjointe à la direction des partenariats, transfert de connaissances et innovation
Québec en Forme

, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire