Persévérance scolaire - Québec en Forme

3 projets pour encourager les jeunes à persévérer à l’école

Carole Gulglielmo

Je commencerai ce billet par une « tranche de vie » personnelle. À la petite école et au secondaire, mon intérêt et ma motivation pour les matières scientifiques allaient en décroissance d’année en année.

Après mon secondaire, poussée par mes parents, je me dirigeai vers un baccalauréat en sciences médico-sociales. Je ne savais pas du tout dans quoi je m’embarquais à l’époque…  La biologie comptait comme matière principale. Vu mes expériences négatives passées, je partais avec de forts doutes et insécurités sur mes capacités à performer.

Un professeur peut faire la différence

Dès les premiers cours, je découvris Monsieur Michel, mon prof de biologie. Son attitude d’ouverture au dialogue, ses encouragements quotidiens, son regard confiant, m’ont poussé littéralement à me surpasser. À ma grande surprise, les sciences étaient devenues ma matière forte. Encore plus improbable, je m’étais découvert une véritable passion pour la biologie humaine! Tout cela a teinté positivement le reste de mon parcours professionnel. J’ai choisi, avec détermination et confiance, des études en nutrition. Une passion qui s’est transformée en carrière.

Au-delà des connaissances transmises, je réalise que Monsieur Michel m’a apprit bien plus! Il m’a apprit ce que c’était que la persévérance, un joyau précieux, qui mène à la confiance en soi et à l’épanouissement à chaque étape, obstacle, choix dans le cheminement d’une personne. De par ma propre expérience, je suis convaincue que la qualité de l’expérience vécue par le jeune aura des impacts majeurs sur la voie dans laquelle il va se diriger. Vous avez peut-être, vous aussi, eu la chance de croiser sur votre route un « Monsieur Michel »? La figure d’encouragement peut être un professeur mais aussi un éducateur, un directeur d’école, un entraîneur, un conseiller d’orientation, un cousin, un père, un ami proche …

L’activité physique et l’alimentation : 2 déterminants positifs

Autant une saine alimentation que la pratique d’un sport ou d’une activité physique sont reconnues pour leurs effets positifs sur le bien-être du jeune.

Saviez vous que?

  • L’activité physique peut avoir des bienfaits sur l’humeur et les niveaux de stress, d’anxiété et de dépression¹.
  • Les compétences alimentaires et culinaires contribuent à améliorer la confiance en soi et le sentiment de fierté des jeunes².

Toutefois, ça ne fait pas tout! L’implication de personnes qui auront une influence directe, positive, stimulante, voire décisive sur le jeune, va avoir son importance aussi! Je fais référence ici au besoin d’avoir des intervenants de qualité, non seulement en ce qui a trait au « savoir faire » (ex. : proposer des activités adaptées au stade de développement et d’intérêts du jeune), mais aussi au « savoir être » (ex. : miser sur le plaisir, encouragements…)

Ce qui m’amène à vous présenter 3 projets susceptibles d’encourager les jeunes à rester motivés à l’école.

Brigades culinaires - Québec en Forme1.  Les Brigades culinaires

Le projet de la Tablée des Chefs est un programme offert en parascolaire dans les écoles secondaires, majoritairement défavorisées. Tout en associant les jeunes à la vie scolaire de l’établissement par des ateliers et défis culinaires, les jeunes développent leurs habiletés culinaires. Ils vont devenir des « leaders » en alimentation auprès de leurs pairs. En participant à des défis régionaux et nationaux, ils vont être amenés à représenter fièrement leur école et partager leur passion pour la cuisine auprès de leurs familles et la faire rayonner dans leur environnement.

basketball2.  Bien dans mes baskets

Ce programme est issu de l’initiative d’un travailleur social du CSSS Jeanne-Mance à Montréal. Lui et son équipe utilise la pratique du basketball parascolaire comme outil d’intervention psychosociale au sein de l’École Jeanne-Mance. Il s’agit d’un programme de prévention et de développement social qui s’est donné pour mission de miser sur les rêves et la passion des jeunes pour les motiver à persévérer dans leur cheminement scolaire. Pour avoir une idée de ce que ça donne sur le terrain, visionnez la vidéo Martin et les Dragons.

Nunavik - hockey3.  Programme de développement des jeunes du Nunavik axé sur le hockey

Lors d’une visite au Nunavik il y a plusieurs années, Joé Juneau, ancien hockeyeur et issu des rangs universitaires, constate que les jeunes ne jouent pas au hockey dans le village. Le taux de décrochage scolaire est très élevé dans le Nord. Il décide de créer un programme de hockey pour les jeunes. Le programme, qui a débuté en 2006, rejoignait 100 jeunes à l’époque. Il en rejoint maintenant 500 dans l’ensemble des 14 communautés nordiques du Québec! Ce programme a eu des impacts très positifs sur la persévérance scolaire des jeunes. La plupart des jeunes Midgets ont grandi avec le programme depuis 8-9 ans et sont devenus, avec les années, les entraîneurs locaux et des modèles dans leur village respectif.

La grande force de ces projets est d’exploiter l’intérêt ou, je pourrais dire, le talent des élèves, que ce soit pour le hockey, le basketball ou la cuisine, afin de les impliquer dans leur propre développement sportif, social, culturel et scolaire.

Vous avez aimez ce billet? Vous pouvez aussi lire : Pourquoi l’activité physique et l’alimentation peuvent influencer la persévérance scolaire chez les jeunes?

Carole Gulglielmo
Conseillère en alimentation
Québec en Forme

 

¹  Comité Scientifique de Kino quebec (2011). L’activité physique, le sport et les jeunes. Savoir et Agir. Secrétariat au loisir et au sport, MELS. Avis rédigé sous la coordination de Gaston Godin, PhD, Suzanne Laberge, Ph.D et Francois Trudeau, Ph D.104p.

²  Un trio de recommandations pour permettre aux jeunes de développer leurs compétences alimentaires et culinaires à l’école. CQPP. Avril 2013

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire