Alimentation

À qui les Québécois font-ils confiance pour mieux s’alimenter à l’épicerie et au restaurant?

Programme Melior

Chaque année, le programme Melior sonde les Québécois pour en savoir plus sur leurs habitudes alimentaires, sur la façon dont ils font des choix à l’épicerie et au restaurant et sur ce qu’ils attendent des entreprises du secteur alimentaire. L’équipe de Melior vous offre un portrait de la situation.

Les étiquettes nutritionnelles: oui, mais…

L’un des principaux constats du sondage? Les Québécois considèrent que la référence ultime pour faire des choix sains, c’est l’étiquette nutritionnelle. Elle demeure la façon la plus fiable pour déterminer si un produit est réellement bon pour leur santé pour 70 % des répondants.

Alors, même s’ils affirment se fier à l’étiquette en grand nombre, y déchiffrent-ils la bonne information? Difficile à croire, puisque que seulement 12 % des répondants connaissent la quantité quotidienne maximale de sodium recommandée par Santé Canada pour un adulte entre 14 et 50 ans. Qui plus est, près du tiers des gens admettent que les informations sur l’étiquette sont difficiles à déchiffrer.

Les nutritionnistes sont les intervenants les plus crédibles

Si les consommateurs ne savent pas bien déchiffrer l’information par eux-mêmes, vers qui se tournent-ils alors? Sans grande surprise, les Québécois font confiance aux nutritionnistes dans une proportion de 68 %, loin devant les médecins ou les journalistes et chroniqueurs en alimentation, qui complètent le top trois des références en la matière.

Les Québécois veulent faire confiance aux entreprises

Même si les consommateurs ne se fient pas aux entreprises pour les aider à faire des choix plus sains, ils souhaitent les voir faire partie de la solution en améliorant leurs produits. En effet, quand on leur demande ce que celles-ci pourraient faire pour les aider à mieux manger, pas moins de 80 % des répondants affirment qu’ils veulent se faire offrir des produits meilleurs pour la santé.

Et la population considérerait ces changements d’un très bon œil : 92 % d’entre elle croit qu’une entreprise qui améliore la composition nutritionnelle de ses produits se préoccupe réellement de ses consommateurs.

En somme, les citoyens ont plusieurs outils pour repérer les choix meilleurs pour la santé, en épicerie comme au restaurant. Mais pour améliorer ses habitudes, il ne suffit pas de savoir comment, il faut également avoir accès à des outils pour le faire, en l’occurrence des produits meilleurs pour la santé. Et c’est ce que demandent les Québécois!

, , , , , , , , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire