Bas-Saint-Laurent

80 élèves et une grande histoire d’une équipe-école passionnée : comment intégrer l’activité physique à l’école?

Mélanie Tremblay

Vous savez comme moi que certains jours, on croit qu’on n’y arrivera pas. Que la tâche est trop colossale même si la cause est noble. Et un bon matin, on capte une information qui nous donne envie de creuser. Et on découvre cette magnifique histoire…

Il était une fois trois collègues passionnées d’activité physique qui avaient choisi comme milieu de travail une tout petite école anglophone au cœur de Métis-sur-mer. En quoi cette école est particulière? Il n’y a que 80 élèves, du préscolaire à la cinquième secondaire et, tenez-vous bien, pas d’enseignant d’éducation physique NI de gymnase.

Impossible d’avoir des élèves actifs sans gymnase et sans enseignant qualifié pour les faire bouger?

C’est mal connaître Josiane Millette, Terra McMullen et IsaQuébec en Forme  Bas-Saint-Laurentbelle Beaulieu! Pour elles, c’était impensable que le niveau d’activité physique quotidien dépende du bon vouloir des enseignants, de la météo, du manque de matériel, bref de tout ce qui peut influencer négativement à faire bouger les jeunes.

6 actions concrètes pour que les jeunes bougent à l’école

Qu’a donc fait concrètement cette équipe?

  • Elle a mobilisé son équipe-école pour qu’eux-même mettent d’abord le sport dans leur vie. « Être acteur de changement, ça passe par nous pour être crédible comme modèle » nous dit Josiane Millette.
  • Elle a monté une programmation sportive qui inclut des dizaines de sports différents et permet d’atteindre les objectifs pédagogiques du MELS.
  • Elle a trouvé des formateurs pour enseigner chacun de ces sports à son équipe-école afin qu’ils deviennent autonomes pour entraîner eux-mêmes les jeunes. Ils ont donc suivi des cours de tennis, leur niveau 1 en coach communautaire de ski de fond, ont appris le DBL Ball, le patin, le yoga, le basket, l’ultimate frisbee, etc. Actuellement, les profs prennent des cours de Tae Boxe deux soirs par semaine pour pouvoir ensuite en faire à l’école!
  • Elle a levé des fonds dans son milieu pour équiper l’école de tout le matériel nécessaire à la pratique des dizaines de sports différents et pour payer les formations.
  • Elle a mobilisé des bénévoles pour aider à mettre les raquettes lors des sorties du préscolaire à raison de deux fois par semaine l’hiver.
  • Elle a impliqué la communauté, fait des ententes avec des propriétaires pour autoriser l’accès à la raquette sur leurs terrains, établi des partenariats avec des clubs de la MRC comme le club de ski de fond d’une municipalité voisine, convenu d’un soutien avec la municipalité pour l’accès aux terrains de tennis, etc.

Québec en Forme  Bas-Saint-LaurentVous vous demandez comment est-ce donc possible que les jeunes bougent au moins une heure par jour dans cette école? Pour l’enseignante Josiane Millette, le secret est dans la volonté, la collaboration, l’esprit d’équipe. « C’est important pour moi de bouger et que les enfants bougent. Notre solution c’était de devenir autonome avec le matériel et de la formation pour toute l’équipe. Tout le monde s’en porte mieux maintenant! » nous mentionne-t-elle. Elle ajoute « on remarque que nos jeunes n’ont jamais peur des défis. Ils embarquent dans tout! Ils sont toujours partants parce que, nous aussi, on le fait avec eux! ».

Je pourrais vous en parler encore si longtemps… Il faut l’entendre nous parler de Loulou, qui donne deux demi-journées par semaine de son temps pour ce projet, de Lana qui surveille le midi et donne 3 heures par semaine pour faire du sport avec les élèves, de son directeur d’école qui lui permet de pousser très fort sur ce projet d’école sportive et de ses petits du préscolaire qui font le 3h de Marche Terry Fox avec plaisir… Alors n’hésitez pas, faites comme moi et demandez-lui de vous en parler! (pour joindre Josiane) Ça pourra vous inspirer pour votre propre milieu!

Mélanie Tremblay
Agente de développement, Bas-Saint-Laurent
Québec en Forme

, , , , , , , , , , ,

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire